Comprendre
Comprendre
Comprendre
Comprendre
Comprendre
Comprendre

Le stress: mes observations sur le terrain

Cette dernière année, j’ai beaucoup offert de formations concernant la gestion du stress. Mon souci d’offrir des outils pertinents est toujours le même, c’est-à-dire prioritaire! Et voici ma conclusion: comprendre que le stress engage tout le corps est une première étape essentielle, ensuite, appliquer une méthode de résolution de problèmes s’avère indispensable pour maîtriser les agents stresseurs, mais quoi encore? L’étape suivante est l’affirmation de soi. Les personnes qui vivent beaucoup de stress sont celles qui ont du mal à exprimer et faire respecter leurs limites; à dire NON. C’est en réfléchissant à cette observation terrain que je suis tombée sur le livre du Dr Gabor Maté: Quand le corps dit NON, le stress qui démolit. Heureux hasard!!!

J’observai auprès de mes participants, qu’en plus d’utiliser l’outil de résolution de problème, des outils d’autorégulation et de développer la conscience de soi, il fallait aussi arriver à exprimer clairement ses besoins, définir ses limites et demander de l’aide lorsque la situation l’exige. Ce que le Dr Maté avance dans son livre est l’aspect suivant: si une personne n’arrive pas à verbaliser ses besoins et émotions, c’est son corps qui se charge de dire NON et malheureusement, cela prend souvent la forme d’une maladie. Comme je le dis toujours; le corps ne ment jamais!

Un facteur de risque: le refoulement

« Dans de nombreuses études sur le cancer, le facteur de risque le plus souvent identifié était l’incapacité d’exprimer ses émotions, et plus particulièrement ses émotions liées à la colère. Le refoulement de la colère n’est pas un trait émotionnel abstrait qui entraîne mystérieusement la maladie. Il s’agit d’un facteur de risque majeur parce qu’il augmente le stress physiologique que subit l’organisme. Il n’agit pas seul, mais en conjonction avec d’autres facteurs de risque susceptibles de l’accompagner, comme le désespoir et le manque de soutien social. La personne qui ne sent pas ou n’exprime pas d’émotions « négatives » sera isolée même si elle est entourée d’amis, car elle ne dévoile pas sa vraie nature. Le sentiment de désespoir découle de l’incapacité chronique d’être vrai avec soi-même, au plus profond de son être. Et ce désespoir mène à l’impuissance, puisqu’on a l’impression que plus rien ne peut faire une différence. »

Quand le corps dit non – Le stress qui démolit, du Dr Gabor Maté, les Éditions de l’Homme, Canada, 2003, pages 129 et 130.

C’est donc avec plaisir que je vous annonce que je m’appliquerai, dans les prochains mois, à développer cette suite logique dans mon Programme d’intégration en gestion du stress.

N’hésitez pas à partager!

Cathy Dumont, formatrice et conférencière

 

 

Cet article vous a plu? Ne manquez pas les prochains...
Il me fera plaisir de vous fournir des articles et des témoignages pertinents pour votre pratique.

Conférencière très intéressante et très enthousiaste. C’est intéressant d’avoir du théorique et du pratique. Utile autant dans la vie professionnelle, que dans la vie personnelle.

Très intéressant, cette formation aidera plusieurs employé(e)s à observer les symptômes du stress surtout dans les périodes de travail intenses… Merci pour cette initiative! 

Cathy Dumont a su capter notre attention du début jusqu’à la fin. J’ai beaucoup apprécié l’interaction avec le groupe, son dynamisme, son charisme et sa répartie. Bon travail!